Pourquoi j’ai décidé de faire revivre Le Diapason.

En 2012, j’ai lancé ce blog plein d’espoir, pour faire vivre d’une manière différent ma passion pour le développement personnel. Depuis 35 ans que j’étudie ce domaine, je devais bien avoir un truc ou deux à partager.

Mon objectif était d’apporter un éclairage synthétique sur le développement personnel et l’ésotérisme, explorer les notions essentielles, quitte à être plus interrogatif qu’affirmatif, être à la croisée des chemins de la Tradition et de la science moderne, apporter des outils pratiques pour transformer ces connaissances en vécu personnel qui permette de croître.

Et puis je suis reparti dans le train train quotidien et j’ai suivi d’autres projets…

Cela fait des années que je cherche à créer ma propre activité sur internet.

J’ai appris beaucoup de choses, mais j’ai eu aussi pas mal de déceptions.

Un tel projet est pourtant possible à réaliser.

A l’époque de mes débuts en 2008, il n’y avait pas grand monde, en France en tout cas, mais aujourd’hui des gens se lancent quotidiennement dans tous les domaines sur internet : publication, boutiques en ligne, services à distance…

Et je vois un certain nombre de ces gens tout à fait ordinaires réussir. Par ordinaires, je veux dire comme vous et moi. Sans avoir « un truc spécial » que les autres n’auraient pas. Ils ont juste une certaine expertise dans un domaine, ou quelques talents qu’ils mettent à profit.

Et des talents tout le monde en a.

Tout le monde.

Dieu nous donne le talent, notre travail transforme le talent en génie.

Anna Pavlova

J’ai du commettre à peu près toutes les erreurs des débutants : croire toutes les belles promesses, croire que ce serait rapide, investir avant de connaître les ficelles…

Alors, après une n-ième tentative infructueuse, j’ai tout mis en pause au cours de l’été 2015.

Je sentais qu’il fallait remettre les choses à plat. Prendre du recul. Repartir de zéro.

Me repenser. Revenir à ma source.

Cet été 2015 ma mère a eu des problèmes de santé. On a cru qu’elle avait eu un AVC, mais en fait elle avait la SLA, la Maladie de Charcot.

Et en 6 mois elle a été balayée : perte de la parole, elle ne s’exprimait plus que par écrit un mois après le diagnostic. Le mois d’après c’est avec un déambulateur qu’elle circulait dans la maison. Le mois d’après elle était hospitalisée. Deux mois plus tard les soins palliatifs l’ont accueillie pour lui permettre de partir tranquillement.

Pendant ce sprint, j’ai tout essayé pour enrayer sa chute, mais c’était comme vider une plage de sable avec ses mains : perdu d’avance.

Pourtant ces 6 mois ont été positifs. Intenses et douloureux, mais positifs. En l’accompagnant j’ai échangé avec elle quelque chose d’invisible.

Etant enfant il y avait un fil invisible entre nous. Si on se perdait, on se retrouvait. Pendant sa descente nous avons renoué le contact et fait un travail de paix intérieure. Aussi bien elle que moi.

Et nous deux aussi : nous avons « nettoyé » notre relation mutuelle avant son départ. Je sais qu’elle est partie en paix. Elle nous a donné la possibilité de nous purifier pendant sa chute libre.

Tout le monde n’en n’a pas profité. Tant pis pour eux.

Il faut savoir sauter dans le train au bon moment.

Et sauter dans le train de l’humain, c’est toujours une bonne idée.

Les mois suivants ont été difficiles.

Heureusement l’été est arrivé et les vacances avaient pour objet de se reposer, de « faire le ménage » pour repartir rechargé.

J’avais mon plan.

Rattraper un peu de sommeil et puis retrouver mes bases.

Au cours d’une formation j’ai eu connaissance de tests de personnalité qui semblaient très intéressants.

En fait, c’est déjà le « pourquoi » qui était intéressant : L’idée, c’est que lorsqu’on veut s’améliorer on commence souvent par ce qui est douloureux : là où on n’est naturellement pas très fort.

Alors c’est sûr, si on a vraiment des relations humaines conflictuelles de tous les côtés, s’investir dans quelques relations de qualité, c’est une bonne chose. Si on est super désorganisé, remettre de l’ordre dans ses affaires c’est nécessaire.

Mais travailler sur ses faiblesses pour en faire des forces, c’est souvent utopique. Et surtout c’est un mauvais usage de son temps.

Si on part de 1 sur une échelle de 0 à 10, remonter à 4 ou 5 produira un super changement. Mais si ce n’est pas une de nos forces naturelles, on va dépenser une énergie colossale pour passer de 5 à 6 !

Colmater les brèches c’est une bonne chose, vouloir forcer son talent c’est une utopie.

J’ai beau me remettre au sport, si je n’ai pas la structure squelettique d’un athlète et je n’irai jamais aux JO !

Par contre si je travaille sur mes talents naturels, passer de 6 à 9 sera nettement plus facile : comme c’est un talent naturel, c’est quelque chose qui me plaît, quelque chose que je suis capable de faire sans avoir à « me motiver ». Je peux y passer du temps sans me forcer. Et j’apprends plus vite car tout mon être « se connecte ». La moindre information ou opportunité de me développer dans ce domaine est aussitôt identifiée et utilisée. Et je peux monter très haut.

Un autre argument en faveur du travail sur ses forces naturelles, c’est que personne n’est jamais devenu célèbre pour être devenu moyen dans un domaine !

Ok, il ne s’agit pas spécialement de devenir célèbre.

Prenez le domaine professionnel et intéressons-nous aux experts réputés dans un domaine spécifique : ce sont eux qui obtiennent des clients sur leur liste d’attente, qui ont des patients qui prennent RV plusieurs mois à l’avance, ceux qui sont interviewés par les journalistes et ceux dont l’opinion compte.

Pas ceux qui sont passés de 5 à 6 dans ce domaine, quelque soient les efforts qu’ils ont du réaliser pour se hisser jusque là !

Moralité : votre succès dépend du bon usage de vos talents naturels.

Encore faut-il les avoir identifiés.

Et c’est là que les (bons) tests de personnalité jouent un rôle important.

Parce que parfois c’est difficile de prendre une feuille de papier et de lister ses talents : on a tellement l’habitude de vivre avec et de les pratiquer qu’on ne se rend pas compte que tout le monde n’a pas les mêmes talents. Ou bien on ne se rend pas compte que c’est vraiment quelque chose qui nous distingue.

Bref, après avoir passé deux tests (un gratuit et un payant mais très accessible) j’ai recueilli des informations précieuses.

Et c’est en travaillant sur ces résultats que j’ai décidé de refaire vivre ce blog pour lequel j’avais tant d’idées à l’époque de sa création.

Dans le prochain post, je vais vous dire quels tests j’ai choisis et ce que j’y ai appris. Bien sûr il y avait des talents que je connaissais, mais j’y ai trouvé aussi des choses un peu subtiles que je n’avais jamais considéré comme des forces naturelles.

Et je vous expliquerai comment j’ai mixé tout ça pour me créer ma propre boussole et le plan pour voyager en direction de mes projets.

Si vous manquez de clarté, si vous doutez de vos objectifs véritables, ou si vous en changez chaque semaine, la clé se trouve peut être ici.

Personnellement cela m’a redonné beaucoup de sérénité et j’ai une vision bien plus claire de mon avenir.

Je vous raconte tout ça très bientôt.

GC

Fil musical associé à ce post « Turn it up » : http://wp.me/p2RaP9-Z

Publicités