Archives des articles tagués méditation

« Le bonheur n’est pas chose aisée.

Il est très difficile de le trouver en nous, il est impossible de le trouver ailleurs. »

Bouddha

J’ai une bonne et une mauvaise nouvelle pour vous.

La bonne, c’est que vous avez déjà tout pour réussir.

Souvent on suit une fausse piste : croire qu’il nous manque quelque chose pour être heureux. Alors on cherche à l’extérieur de nous même : un meilleur job, une plus grande maison, plus de connaissances, encore un stage de développement personnel…

Mais en fait, vous avez déjà tout pour réussir : vous vous inquiétez de savoir comment apprendre la loi d’attraction ? Mais vous l’utilisez déjà parfaitement. La preuve, regardez tout ce que vous avez attiré dans votre vie jusqu’à présent ! Ce qu’il vous *manque* dans ce cas, c’est d’accepter votre responsabilité dans tout ce que vous créez, « bon » ou « mauvais ».

Vous cherchez à apprendre à méditer ? Vous écoutez des sons binauraux ou la méditation 3G ? Mais, quand vous décompressez, le regard dans le vague… Vous n’êtes pas « passé en alpha », là ?

Revenez au naturel, le vrai, et tout redevient plus clair.

La mauvaise nouvelle, vous l’avez peut-être déjà deviné, c’est que tout ce que vous faites « si bien », vous le faites inconsciemment. En clair, la loi d’attraction ou les fréquences de votre cerveau se fichent que vous sachiez comment elles fonctionnent ou même si elles existent. Elles fonctionnent de toute manière sans l’accord de votre esprit conscient.

D’où votre insatisfaction à ne pas recevoir ce que vous aimeriez : vous avez travaillé inconsciemment à créer autre chose, en fonction d’une programmation plus ou moins automatique (et plutôt plus que moins).

Alors oui, vous pouvez étudier la loi d’attraction et surtout méditer chaque jour, cela peut être très utile pour prendre conscience de ces mécanismes à l’œuvre en silence. Mais surtout il faut chercher à ce que cet état d’esprit vous accompagne au quotidien. A quoi bon 30 minutes de méditation, si le reste des 24 heures, les automatismes sont seuls maîtres à bord ?

Quelques breaks de prise de conscience, le long de la journée, sont vites effectués (avec quelques respirations par exemple) et sont bien utiles pour se recentrer et reprendre le contrôle.

Vous pourrez aussi prendre plus facilement conscience de toutes ces petites pensées qui vont et viennent, toutes ces impressions, ces légers sentiments de satisfaction / insatisfaction, plaisir / déplaisir, (etc…) qui interviennent tout au long de la journée. Ils sont les indicateurs de ce qui se trame derrière le rideau de l’inconscient.

Alors, levez le voile et rappelez-vous consciemment de ce que vous voulez vraiment, faites place nette à plusieurs reprises dans la journée et pas seulement une fois de temps en temps.

« Clarity about what YOU really, truly want is actually a rare thing – found in just about everybody who gets what they want.« 
– Dan Kennedy

Ma traduction :

« Être clair et limpide à propos de ce que vous voulez vraiment, c’est une chose rare. Si rare, qu’elle se retrouve chez tous ceux qui obtiennent ce qu’ils veulent. »

Bombardés d’informations au quotidien, le stress est notre compagnon de route… mais on peut prendre de la distance avec lui, si on le souhaite… et si on sait comment faire.

Découvrez donc ces 3 habitudes et :

  • libérez-vous des tensions avant qu’elles ne prennent le dessus
  • conservez votre maîtrise de vous même tout au long de la semaine
  • découvrez une pause quotidienne qui peut remplacer positivement la pause café
  • améliorez votre (bonne) humeur générale et renforcez votre optimisme
  • et en combinant les 3, vous vous assurez de prolonger vos capacités cognitives plus longtemps

Les 3 habitudes proposées dans ce post sont liées à une activité corporelle, mais avec des répercussions très positives sur le mental.

D’après David Servan-Schreiber : « Il est souvent plus efficace d’utiliser des méthodes qui passent par le corps et influent directement sur le cerveau émotionnel plutôt que de compter sur le langage et la raison auxquels il est assez peu perméable. »

1 RESPIRATION

Si le stress vous accompagne toute la journée, il n’est pas le seul. Pensez-y : Qui vous accompagne 24/24 et 7/7 ? Votre respiration. Et qu’en faites vous quand vous êtes stressé ? Observez-là : n’est-elle pas saccadée ou retenue ?

Alors, lâchez-là ! Laissez-la s’amplifier. et revenez à vous.

Pourquoi la respiration ? Oxygéner le cerveau, et vos neurones pour y voir plus clair, reprendre le contrôle de vos émotions.

Comment : à tout moment de la journée, vous pouvez basculer en mode « respiration consciente ». Il suffit de porter attention à sa respiration. Et comme par hasard vous allez vous rendre compte que vous étiez aussi tendu au niveau du cou ou des épaules, et tout naturellement vous allez les relâcher aussi.

Remplacez la pause café par la pause respi (ou ajoutez un pause respi, ça prends moins de temps que de boire un café). Dans ce cas il suffit de pratiquer une poignée de calmes et profondes respirations, de préférence à l’extérieur. C’est une habitude facile à prendre, c’est agréable, et après on se sent vraiment bien et l’esprit plus clair.

Et en plus ça ne coûte rien (les taxes sur l’air que l’on respire ne sont pas encore sorties)

Souvenez-vous : la respiration est le lien entre le corps et l’esprit

Respire.

Respirer peut transformer ta vie.

Si tu te sens stressé et dépassé par les évènements, respire. Cela te calmera et apaisera tes tensions.

Si tu t’inquiètes à propos d’un évènement à venir, ou à propos de quelque chose qui s’est déjà produit, respire. Cela te ramènera au présent.

Leo Babauta

(premières lignes de son post « Breathe »)

2 ACTIVITE PHYSIQUE

Une étude récente (citée par American Heart Association) démontre l’effet protecteur de l’exercice physique régulier sur le cerveau, vérifié par résonance magnétique (IRM)

(consultez éventuellement votre médecin pour définir l’activité qui vous convient et le rythme à suivre).

Pour ma part j’ai repris le footing il y a 4 ans en trottinant (presque) sur place. Ce n’était pas très motivant au niveau de la vitesse de défilement du paysage, mais petit à petit j’ai pu régler la vitesse… et maintenant je pratique un footing de 30 minutes 1 à 2 fois par semaine (et je ressens bien que 2 fois c’est mieux qu’une).

Pourquoi ? L’exercice physique libère des endorphines dans le corps qui ont un effet sur le système nerveux (comprenez : on se sent mieux, et de meilleure humeur). Cela libère les tensions accumulées et permet de prendre de l’élan pour affronter le lot quotidien « d’éraflures émotionnelles ».

Comment faire ? De la marche (pas d’excuse, pas de matos, pas de frais…), course, vélo ou natation, mais si vous n’avez pas pratiqué de sport depuis longtemps, reprenez une activité qui vous fait envie. Prévoyez d’adapter la durée au type d’activité : par exemple 30 minutes pour la course à pied, mais plutôt une heure si vous marchez ou faites du vélo. La fréquence est importante aussi, avec 2 « soupapes » par semaine vous mettez les endorphines de votre côté…

3 RELAXATION et MEDITATION

Encore de la respi ? Oui, la méditation traditionnelle est basée sur la prise de conscience de la respiration, mais aussi il existe des tas d’autres versions, dont des versions modernes et très « techno » même avec les musiques qui induisent le cerveau à passer sur les fréquences de la méditation. En fait la méditation c’est très varié.

Pourquoi : Une autre manière de voir les choses concernant la méditation est de prendre l’image du labyrinthe dans lequel il nous semble parfois vivre : contre-temps, « galères » qui nous tombent toutes dessus en même temps, des choix qui nous semblaient justes nous reviennent finalement avec des résultats médiocres, et au final, parfois, une humeur sombre avec le sentiment d’être enfermé dans une trame de circonstances extérieures sur les quelles on n’a que peu d’influence.

Ce labyrinthe prend une toute autre aspect avec la méditation : c’est un peu comme si vous demandiez à un partenaire de monter sur une grue en hauteur pour prendre du recul et vous communiquer ce qu’il voit.
Bien sûr il pourrait vous guider : tourne à droite, prends à gauche…
Mais aussi, du fait de sa position, son état d’esprit sera différent : il n’est pas « le nez sur le guidon » et n’a donc pas la pression du quotidien. Finalement ce n’est pas lui qui parcoure le labyrinthe alors il peut être plus détendu ! Et donc être plus concentré sur son rôle : décider quel chemin prendre.

Ne pensez vous pas que cela vous serait utile, un tel partenaire ?
Et bien il existe déjà et il est à votre disposition. Il vous attend au bout de votre méditation. Pratiquez régulièrement et il vous guidera. Vous sentirez sa présence car finalement ce n’est que vous même dans un autre état. Un état « supérieur », au sens physique du terme (rappelez-vous, c’est celui qui est sur la grue). Un état où les contraintes s’estompent. Un état ou vous pouvez réellement décider d’emprunter un chemin plutôt qu’un autre.

“L’amour c’est l’art de communiquer avec les autres, la méditation c’est l’art de communiquer avec soi-même. Laissez l’amour et la méditation être vos deux ailes.” OSHO

Cet article participe à l’évènement interblogeurs de Habitudes Zen

Cliquez ici pour voter pour cet article s’il vous a plu !